Chambre bourgeoise

La porte d’entrée imposante provient d’une maison de la Marktgasse et est décorée des « mascarons » (figures grotesques qui chassent le malheur). Vous pouvez encore admirer de nos jours plusieurs maisons bourgeoises dans la vieille ville avec des portes richement décorées. A côté de l’entrée il y a une chaise de fumeur où on pouvait s’assoir à califourchon pour savourer sa  pipe en toute tranquillité. Dans la vitrine à droite de l’entrée on peut voir de la vaisselle en étain, des lampes à pétrole et divers instruments de musique. Autrefois, Feldkirch comptait de nombreux mouleurs d’étain. Au-dessus de cette vitrine se trouve une horloge style Empire, avec à ses côtés, le portrait de son créateur, l’horloger J.A. Jenny.


Au centre de la pièce se trouve une table d’auberge dont le plateau est en ardoise polie. De telles tables permettaient de poser des poêles chaudes sur le dessus de table et de noter les succès au « Jass » (jeux de cartes) avec une craie. Divers instruments à touches, dont le piano « girafe » du facteur de piano dornbirnois Alois Kalb (1801-1856), se situent sur le côté gauche de la pièce. Le tableau « Jeune mendiant mangeant de la bouillie » de Jakob Franz Zipper (1664-1736) est également une pièce rare. L’artiste mentionné naquit à Feldkirch et travailla plus tard en Italie du Nord.